L’accompagnement du deuil chez Psychologue Liège

Le travail du deuil permet de rendre le chagrin supportable

La disparition d’un être proche est en soi difficile à concevoir et à accepter. L’être cher n’est plus là, et laisse un grand vide dans le système qui jusque là régissait nos vies. La douleur est intense, parce que l’on ne pourra plus voir la personne qui nous était proche, la toucher, ou encore échanger avec elle, et aussi parce que la sensation de vide destabilise profondément notre équilibre. Le travail du deuil consiste à reconfigurer son quotidien en l’absence de la personne disparue, et à rendre son chagrin supportable. Le deuil ne consiste en aucun cas à oublier; c’est au contraire se souvenir, mais en donnant au défunt sa place en tant qu’être disparu.

L’accompagnement du deuil auprès Psychologue Liège

Chaque individu réagit différement face à un deuil: l’acceptation peut être relativement rapide pour certains, et très longue pour d’autre. Lorsque la personne n’arrive pas à “passer le cap”, que la douleur liée à la perte reste vive, ne diminue pas, voire entrave la vie quotidienne et les relations avec son entourage, un soutien psychologique pour aider au travail de deuil peut être nécessaire.

L’accompagnement que propose Psychologue Liège est un soutien qui vous donnera les outils pour surmonter la perte et lui donner une place dans votre vie de tous les jours. En mettant la douleur en mots, en la reformulant pour la rendre plus palpable et plus facile à dépasser, vous pourrez faire de cette perte un élément supportable de votre vie.

De quelles pertes parle-t-on?

Le deuil est la plupart du temps associé à la perte d’un être cher. Mais, en psychologie, d’autres cas de figure provoquent la même sensation et exigent parfois le même processus de deuil: un divorce, une séparation, la perte d’un emploi, un déménagement, sont autant de situations qui demandent un travail de deuil. Ces évènements sont vécus parfois avec une telle intensité qu’un soutien psychologique peut être d’une grande utilité.

Les conséquences d’une perte

Les conséquences physiques d’un deuil

Le décès d’un être cher provoque de la tristesse, une sensation de vide, parfois de la colère, un sentiment d’impuissance, et toutes ces émotions s’accompagnent aussi très souvent d’une immense sensation de fatigue. Le travail du deuil est en effet une étape qui demande une grande énergie, et l’individu endeuillé doit passer par des étapes dont son corps est le canalisateur. Les émotions qui nous traversent sont alors si fortes qu’elles peuvent entraîner des symptômes physiques, tels que des maux d’estomac, une perte d’appétit, des maux de tête, et bien sûr, tous les maux directement liés à la fatigue.

Le parcours émotionnel d’un deuil

Chagrin intense et profond, sentiment de culpabilité, perte de repère, sensation d’être perdu, solitude, angoisse, sont autant d’émotions qui jalonnent le travail du deuil. Ces sensations sont variables en fonction des individus, mais ont parfois besoin d’être accompagnées du soutien d’un psychologue afin de pouvoir en sortir en douceur et en conscience.

Les conséquences sociales possible d’un deuil

Certains individus, en proie à la perte d’un être cher, peuvent avoir des réactions de repli sur soi, d’isolement poussé parfois à l’extrême. Dans certains cas, il pourra aussi avoir des réactions de vive colère et de révolte et s’en prendre à son entourage. Un autre type de réaction peut être de chercher éperduement le contact d’autrui, sur un fond d’inquiétude permanente, avec une peur exagérée du danger pour ses proches, exacerbées par la perte récente.

Le temps pour guérir

Le processus du deuil se fait en plusieurs étapes qui sont généralement longues, telles une lente “digestion” des émotions, acompagnée de la prise de conscience et de l’acceptation que l’être cher n’est plus là. Si le temps aide à ce que la douleur soit moins vive, un accompagnement psychologique est souvent préconisé afin que la personne puisse mettre les mots justes sur la douleur et les frustrations qui sont entraînées par le deuil, afin de bien verbaliser le ressenti pour qu’il ne laisse pas de plaies “ouvertes”.

C’est l’acceptation de la perte, du fait que la personne ne soit plus là, qui demande une grande énergie et un double travail: celui, passif, de laisser la douleur occuper temporairement sa place et perdre en intensité avec le temps, mais aussi un travail actif de réajustement de sa vie quotidienne, sans la présence de l’être disparu.

Quatre point essentiels jalonnent le travail du deuil:

  1. Accepter la perte et le fait que la personne n’est “plus là”.
  2. Laisser libre cours à la douleur que suscite cette perte, sans la retenir, et en la vivant telle qu’elle surgit.
  3. Recréer sa vie quotidienne sans la présence de la personne décédée.
  4. Trouver une place dans sa vie pour la personne défunte et retrouver goût à la vie.

Vous avez des questions, des doutes ?

Vous avez d’autres questions (notamment de savoir si l’on peut répondre à votre demande)? Téléphonez au secrétariat pour prendre rendez vous ou envoyez un email au secrétariat du cabinet de Psychologue Liège à l’attention de Nicolas Blaise.